Fiche 18 :

Le train des souris, une histoire de HARUO YAMASHITA, illustrée  par KAZUO IWAMURA

 

Préalable : points d’intérêt :

- cet album est à la fois un livre de« vie quotidienne » : des enfants souris vivent leur rentrée coucher, lever, départ pour l’école(voir la fiche ressource V) , et une évasion vers l’imaginaire : ce terrible serpent dans un tunnel, dont vient à bout la maman et son fil d’Ariane, et l’union de tous les petit enfants du coin…

Les illustrations ressemblent effectivement à la série La famille souris et ses scènes de vie quotidienne. Mais il y a une « histoire » : l’invention du train et de son chemin de fil à tricoter, la rencontre du serpent.

Il offre donc une transition entre livre de vie quotidienne et album de fiction

- la poésie d’un texte répétitif p.7 ; p 10/11

- les images « japonaises », dessins fouillés, couleurs pastel , atmosphère bucolique, sont l’occasion d’un langage sur la vie au jour le jour à travers des représentations  de fantaisie.

 

 

Enjeux

Utiliser des représentations de scènes de vie quotidienne pour acquérir vocabulaire de vie courante et des structures de dialogue ou de description d’actions et y introduire la fantaisie de l’imaginaire

 

Niveau : petits ; moyens (voir remarques)

Objectifs

Raconter à partir des images de l’album des scènes de vie et une histoire de rentrée

Amorcer le glissement vers l’imaginaire, faire faire le départ entre réel et merveilleux

Faire raconter ces scènes par les enfants

 

Commenter les sentiments, en particulier au moment du coucher, du lever, du départ à l’école. Puis la peur face au serpent…

Les faire commenter

 

Faire expliquer la solution maternelle, le fil d’Ariane de la pelote de laine

 

Faire mobiliser ou proposer le modèle de  différents champs lexicaux de la vie quotidienne : dénominations des objets, verbes et structures de la description d’action

Faire utiliser la syntaxe appropriée

 

Faire utiliser un sommaire pour trouver /retrouver l’histoire cherchée

 

Compétences

 

·          Langage  oral :

Langagières :

Comprendre une histoire rattachée à la vie de tous les jours et son glissement vers le merveilleux.

Se servir  du langage pour restituer cette histoire et décrire à son tour des actions en racontant les scènes de vie représentées sur les images.

Linguistiques :

Lexique : exemple le champ lexical du coucher, du réveil , du petit déjeuner, du jeu et des disputes avec les autres enfants, des rapports avec les parents, des sentiments ressentis : aller à l’école, rencontrer des dangers.

Syntaxe :

-critères généraux : correction et  degré de complexité

-critères spécifiques : comprendre et réutiliser divers types de phrase :

·         pour la restitution de l’histoire :phrases simples ou complexes de récit : « Bobo dort encore. Maman lui apporte son biberon » etc.. 

·         leur enchaînement dans une « conduite » de récit

 

·         pour les commentaires des images : rituel de présentation, repris dans toutes les « scènes » 

·         dialogues des personnages de l’image: qui parle à qui, qui dit quoi…

Conjugaison :

-morphologie

-emploi pertinent  des personnes : dialogue, récit, pronoms  anaphoriques élémentaires:ils, il

Prononciation :

-intelligibilité dans la restitution de histoires et les commentaires.

 

·         Familiarisation avec la culture  écrite :

Fonction  symbolique de l’image :

Identifier les représentations iconiques : personnages, différents plans, mouvements

*Par exemple p.21, le démarrage du « train »

 Et dans la double page :

*Le freinage p.28 et sa raison p.32

Et à l’ouverture de la page, la double surprise :

*le train des souris

*le volte face du serpent

 

L’objet livre :

La double page centrale

 

 

 

Ancrage

Pratiques sociales de référence :

La rentrée

Scènes de vie quotidienne

Déroulement

Evolution en cours d’année

Déroulement 1 :

1ère  phase (plusieurs séances)

matériel :

un livre Le train des souris  pour le maître

 

dispositif et déroulement :

-          le livre n’étant pas de très grand format, à  l’accueil ou en groupe « langage », le maître montre et « raconte » le livre à quatre ou cinq enfants[1]

-          rotation  de cette activité, sur cinq moments, donc cinq jours ou deux jours et demi jusque l’ensemble de la classe ait entendu le récit .

2ème  phase

Matériel : un livre pour le maître, ou/et cinq livres pour les enfants

 

Dispositif : dans un groupe de langage Type 3 (voir la fiche ressource : fonctionnement en ateliers)

-          le maître ouvre le livre sur certaines pages et fait commenter les scènes ainsi que rappeler brièvement  à quel moment du récit elles se situent…

selon son objectif, soit les scènes de vie quotidienne qui fourmillent de détails (le coucher, le lever, le départ…)

soit l’apparition du serpent et sa mise en déroute

 

 

Ce déroulement se renouvelle pour :

-Plusieurs groupes d’enfants

-pour plusieurs des scènes

3ème   phase

-une fois la rotation des ateliers achevée, reprise en collectif au coin de regroupement de l’ensemble de l’histoire :

*soit par le maître

*soit par un enfant ou une équipe de deux enfants

 

Déroulement 2 :

 

matériel : plusieurs livres (6) pour un petit groupe d’enfants

 

déroulement :

-un petit groupe regarde le livre en autonomie puis le « raconte » au maître

-justification de la scène d’après l’image

-récit du maître par lecture du texte écrit

 

Prolongements

-Raconter la légende Ariane et le Minotaure (voir la fiche les récits de tradition orale)

-« jouer »  le trajet du train : tchoup tchoup ! hop !hop ! et peut-être l’ensemble de l’histoire (voir fiche jeu dramatique).

-fabriquer des cartes animées à la manière de la double page centrale

Evaluation

 

Il s’agit d’observer les enfants sur un petit nombre de critères et de se donner le temps de formaliser ultérieurement ces observations dans une grille.

 

Critères d’observation (voir compétences)

Priorités : l’observation pourrait porter spécialement :

-          sur le lexique du coucher, du lever et du départ à l’école

-          la compréhension de l’histoire, en particulier :

*les prétextes de enfants

*la ruse de la maman

*le serpent devant le chemin de laine

-          sur l’interprétation des images, le sens des postures,des comportements, des physionomies (stéréotypes d’expression à reconnaître)

-          sur l’utilisation des formules de présentation quand on commente les images.

-          la capacité à conduire une histoire en  enchaînant les images

-          la capacité à faire la part entre réel et imaginaire : le serpent a-t-il réellement peur du train des enfants

 

Sur les compétences syntaxiques et de conjugaison on pourra noter seulement ce qui ressort, quitte à contrôler ultérieurement les renseignements dont on dispose sur chaque enfant.

 

 

 

 

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 



[1] Ce dispositif convient bien à un livre pas très grand, difficile à voir pour un groupe classe important.