Fiche 21 : Des albums lus : Le chien invisible, Claude Ponti (Ecole des loisirs)

 

 

Préalable : points d’intérêt :

Un album de fiction dessiné et raconté par Claude Ponti, donc aussi intéressant par son dessin que par l’histoire qui offre entre autres :

-un conte merveilleux initiatique qui nous entraîne dans un univers inconnu où le jeune héros devra résoudre un problème.

 

-un personnage merveilleux,  tendre et affectueux, qui vit dans un autre univers où la logique et le vrai sont différents

 

-des personnages secondaires foisonnants dans l’image et le texte, aux noms étranges et pourtant si significatifs.

 

-une structure d’histoire complexe, dans un univers particulier.

Des élèves de maternelle auront sans doute des difficultés à appréhender les différents niveaux de signification mais ils seront sensibles à la poésie, à l’humour, à la quête d’identité et à la recherche d’amitié d’Oum-Popotte

 

-des images faites à l’aquarelle, traits fins, souci du détail, couleurs symboliques, Claude Ponti transporte le lecteur dans un monde merveilleux et ludique que les enfants reconnaîtront intuitivement après lecture d’un certain nombre de « Ponti »[1]

 

-une construction de l’histoire en image : les images sont enchaînées les unes aux autres, chacune suit la précédente et annonce la suivante, ce qui incite à la lecture et en préserve la fluidité.

 

-Le décalage image/texte favorise l’exploration du lecteur et le dynamisme de la découverte de l’album.

 

-Les répétitions d’images, leur mise en page, les personnages ou détails suivis tout le long de l’album aident le jeune lecteur à comprendre les actions, les mouvements et d’appréhender le temps qui passe.

 

-Les moments d’observation des personnages ou des images (voir fiche 39) sont autant de pauses pour le lecteur.

 

C’est là le type d’album dont la richesse de significations  permet une lecture à différents niveaux, comme tous les textes littéraires qu’une lecture ne suffit pas à épuiser, qui perdurent âge après âge, et échappent aux modes

 

Enjeux

Par une fréquentation régulière, construire peu à peu une culture littéraire :

-Des histoires appartenant au registre du merveilleux, proche de celui des contes

-Des classiques de la littérature enfantine d’aujourd’hui

-Des images  d’albums, et plus précisément les images de Claude Ponti

 

Lire des histoires dans des albums…

 

Niveau : moyens, grands

 

Objectifs

Lire ,en montrant les images de l’album, une histoire de fiction

Faire raconter cette histoire par les enfants

Commenter les sentiments

Les faire commenter

 

Sensibiliser en lisant avec le support des images, et en faisant ensuite raconter l’histoire, avec  le vocabulaire des différents champs lexicaux de l’histoire :

 

Sensibiliser à la syntaxe des actions

 

Sensibiliser aux étapes de l’histoire en montrant à nouveau les images(l’avancée de l’action, est nettement perceptible ici par la mise en  images)

 

Faire utiliser les images pour comprendre et retrouver l’histoire.

Compétences

 

·          Langage  oral :

Langagières :

Comprendre une histoire de fiction à partir des images d’un album

Se servir  du langage pour anticiper puis raconter à son tour l’histoire

Linguistiques :

Lexique : vocabulaire des différents champs lexicaux (cf plus haut)

Registre de langue : certains élèves appréhenderont certains jeux de mots, expressions, sens littéral ou figuré tous ne comprendront pas tout mais seront sensibles à la poésie et à l’humour des textes, première sensibilisation à la langue.

Syntaxe :

-critères généraux : correction et  degré de complexité

-critères spécifiques : comprendre et réutiliser divers types de phrase :

·         phrases  de récit, plus ou moins complexes suivant l’utilisation ou non du texte  original …

·         phrase de présentation des éléments

·         conduire un récit en enchaînant syntaxiquement ses éléments : connecteurs, emploi des pronoms anaphoriques…

Conjugaison :

Les compétences traitées dépendent du choix du conteur dans ses objectifs et ses modalités :

·         récit aux temps du présent en commentant les images 

·         ou imprégnation par l’écoute du système de temps du récit du texte écrit original : passé simple/ imparfait/ plus que parfait

- réemploi de ce système dans la restitution

-emploi pertinent  des personnes :

 

Prononciation :

-intelligibilité dans la restitution de histoires

·         Familiarisation avec la culture  écrite :

Fonction  symbolique de l’image :

Identifier les représentations iconiques : personnages, différents plans, mouvements ( exemples : le mystère des flaques d’eau p.14 et 15 …)

L’objet livre :

-pages

-images par séquences, arrêt à la double page de la représentation le style de  Ponti :

reconnaissance intuitive après fréquentation de plusieurs albums.

Déroulement

Evolution en cours d’année

Déroulement : alternance de lecture par le maître et d’hypothèses faites par les élèves

 

matériel :

-un livre Le chien invisible pour le maître (grand format )

-éventuellement quelques exemplaires, petit ou grand format pour les enfants

 

1ère  phase, lecture par le maître

dispositif et déroulement :

- en collectif, au coin de regroupement, le maître montre les images de l’album et lit[2]   l’histoire qu’elles racontent du début de l’album à la page 13

 

technique de lecture classique :

Montrer les images et lire le texte

Essayer  d’obtenir une écoute sans interruption (afin de sensibiliser les enfants  à la conduite du récit…)

Choisir à sa guise l’alternance montrer les images /lire le texte

 

 

2ème phase, les élèves émettent des hypothèses à partir des illustrations

Proposer aux élèves la double page 14 et 15 et leur demander de continuer l’histoire, même chose avec les pages 16, 17, 19, 20 et 21 (tout ou partie).

On pourra mener ce travail par groupes en proposant aux différents groupes les différentes illustrations de cette série d’incidents.

Le maître recueillera les propositions des élèves et en fera le retour au groupe entier puis il lira les pages concernées.

 

technique des hypothèses:

Le principe est ici que les hypothèses émises par les élèves, leur permettent d’exprimer  leur compréhension de l’histoire et de s’approprier les différentes problématiques et de les mettre en mots.

Ce n’est pas un problème si leurs hypothèses sont tout à fait différentes du choix de l’auteur : elles sont là pour permettre la discussion et le débat

 

 

3ème phase, débat réel/imaginaire

Exemple :

Après la relecture de l’album jusqu’à la page 21 demander aux élèves en grand groupe à propos de  la vignette de gauche de la page 22. « Comment comprenez-vous cette illustration ? »

Orienter le débat réel/imaginaire, possible/pas possible, par exemple en soulignant certains faits : Oum-Popotte dit « c’est quelqu’un » mais on ne le voit pas, alors

 

Confrontation avec la lecture du texte de Ponti.

Il ne s’agit pas ici de recueillir des hypothèses mais bien de discuter de l’interprétation de cette vignette et de donner la lecture du texte en suivant.

 

 

4ème phase, lecture par le maître de la suite de l’histoire et questionnement des élèves

Lecture par le maître des diverses tentatives de capture de l’inconnu invisible.

 

Proposer aux élèves la vignette de la page 25 « que fait Oum-Popotte ? » « Que se passe t-il ? » on verra ainsi si les élèves ont compris et vu le chien invisible qui accompagne Oum-Popotte.

 

Lecture par le maître des pages suivantes  jusqu’à la page 31, celle de la colère d’Oum-Popotte.

 

5ème phase, lecture par le maître de la suite de l’histoire et questionnement des élèves

Proposer la double page de  « La Représentation » aux élèves et recueillir leurs propositions.

Après la lecture de l’histoire, on pourra engager une discussion sur la présence de l’ami invisible et la perception qu’en ont eu les spectateurs.

 

Lecture par le maître des pages suivantes jusqu’à la fin.

 

 

Une fois la lecture achevée, l’album peut être déposé au coin bibliothèque et être pris par les enfants librement au moment de l’accueil ou autres moments libres .

 

la phase récit collectif au coin de regroupement devrait être reprise à plusieurs reprises à quelque temps de distance.

6ème   phase possible (mais non indispensable)

-un enfant  reprend l’album  et le raconte à son tour.

Il peut s’agir d’un dispositif « on fait comme la maîtresse », face aux autres, en montrant les images

-variante 1 :

à l’accueil, dans un petit groupe d’enfants, un des élèves raconte l’album.

-variante 2 :

en groupes de langage (organisation type 3, voir fiche ressource) le groupe d’enfants travaillant avec la maîtresse s’essaient à raconter l’histoire suivant la même technique

 

Dans tous ces cas d’espèce, il est intéressant de préparer cette prestation et de la répéter plusieurs  fois.

 

Prolongements

Raconter, lire, regarder, des albums de Claude Ponti

Raconter ou lire …

Une autre histoire poétique et animiste …

Remarques

Le déroulement proposé ici n‘exclut pas la possibilité de lire tout simplement l’album (voir par exemple fiche Hulul II,2,22) ou de solliciter les interprétations élèves moins souvent.

Le type de lecture dépendra certainement de la connaissance qu’ont les élèves des œuvres de Claude Ponti.

 

Evaluation

 

Il s’agit d’observer les enfants sur un petit nombre de critères et de se donner le temps de formaliser ultérieurement ces observations dans une grille.

 

Critères d’observation (voir compétences)

Priorités : l’observation pourrait porter spécialement :

-          sur l’interprétation des images

-          sur la compréhension de l’histoire à différents niveaux :

*trame des évènements

*réactions et sentiments des personnages

*fantaisie poétique de l’interprétation de l’existence d’Oum-Platichotte.

-          sur le  réemploi des formules.

-          la capacité à conduire une histoire en  enchaînant les images.

-          l’expression de jugements : est-ce vrai ? ou imaginaire ? ( rapport à la réalité)

-          en conjugaison, l’emploi du système des temps

Sur les compétences syntaxiques et de conjugaison on pourra noter seulement ce qui ressort, quitte à contrôler ultérieurement les renseignements dont on dispose sur chaque enfant.

N.B.

La phase (6) de restitution permet une évaluation individuelle sur :

-conduite de récit (enchaînement, anaphores)

-syntaxe de phrase

-emploi et morphologie des temps du récit

 

 

 

Retour au sommaire

 

 



[1] Okilélé, Ma vallée, L’arbre sans fin ….

[2] Ou bien raconte l’histoire en s’appuyant sur les images (voir fiche20 jean de la Lune)