VII Fiche ressource : lire une même histoire dans un album et la regarder en vidéo : intérêt pour le développement du langage

 

Intérêts de ces  situations :

Regarder avec les enfants des films d’animation qui racontent des histoires, et les accompagner dans la construction du sens, est une activité qui contribue à une construction par ceux-ci d’une culture audio visuelle plus structurée et réflexive ; en même temps ce faisant on travaille à l’acquisition de la structure de récit.

Il est important que l’école se serve de l’image pour acquérir certaines structures textuelles, dont le récit ; il est non moins important que l’école  participe, avec la rigueur et la méthode qui sont son apanage, à l’éducation à l’image.

La rencontre des histoires avec les images des albums permet déjà cette complémentarité texte/images.

Un certain nombre de films d’animation relisent  plusieurs de ces albums pour le plaisir et l’édification de tous.

Enfin certaines collections nous offrent ces films libres de droits, et permettent une libre utilisation[1] . Ce qui n’est hélas pas le cas de beaucoup de chefs d’œuvre, en particulier de grands classiques de l’enfance qu’on aimerait pouvoir montrer à l’école[2] !!!!

 

 

Les gestes et les postures d’enseignement :

-regarder avec et simplement commenter en accompagnant le plus discrètement mais aussi le plus délibérément possible

-comparer les versions albums et filmiques

-aller au cinéma voir « Les trois brigands » mais aussi « Cendrillon », ou « la Belle et la bête »[3]

 

 

Les compétences spécifiques à construire et à observer :

-la compréhension bien sûr mais surtout la réaction à l’histoire, puisqu’un objet culturel est fondamentalement celui qui nous touche et nous concerne « quelque part »

- la capacité à se concentrer et suivre le spectacle de bot en bout

- une capacité à prendre un certain recul, à comparer, à juger, à justifier son appréciation.

 

Retour au sommaire

 



[1] CNDP collection « Raconte-moi… »

[2] Que de contes revisités par W.Disney : nous pensons à Cendrillon, Blanche neige, La belle et la bête, les Aristochats, que nous aimerions partager avec nos élèves …à l’instar de beaux albums, ou de grands textes.

[3] Aller au cinéma ajoute la cérémonie au bonheur de l’histoire, mais elle prive de la répétition , et de la rumination nécessaires à la compréhension et au plaisir des grandes histoires