Fiche 29 : Inventer une histoire d’après une carte postale

 

 

 

Préalable : points d’intérêt :

-une carte postale reproduisant une photo en noir et blanc (type Doisneau) ; en choisir une présentant des personnages humains ou animaux. Exemples :

- un chat sur une table assis tel un sphinx près d’un aquarium

- un chat perché sur la fenêtre d’un premier étage

- une fillette tenant par le cou une statue…etc. …

- un détail d’un tableau ou d’une tapisserie, exemple les animaux de la dame à la Licorne

(voir la fiche ressource)

en sorte qu’on puisse de leur rencontre induire une histoire.

Le choix d’animaux induit un passage à l’imaginaire

 

et plus spécifiquement :

- un matériau facile à trouver dans les carteries en exemplaires multiples

- des cartes faciles à manier

 

Enjeux

Utiliser des représentations de scènes de vie quotidienne pour acquérir vocabulaire de vie courante et passer de la description d’actions à de petites histoires fictives.

 

Niveau : moyens  et grands(voir remarques)

Objectifs

Faire raconter à partir des images « ce qui peut arriver » :

Produire un court texte oral enchaînant des actions et faisant agir et parler les personnages

 

Faire expliciter les sentiments imaginés

 

 

Faire mobiliser ou proposer le modèle différents champs lexicaux de la vie quotidienne : dénominations des objets, verbes et structures du récit

Faire utiliser la syntaxe appropriée

 

 

Compétences

 

·          Langage  oral :

Langagières :

Inventer et raconter une petite histoire à partir des personnages proposés sur l’image

Linguistiques :

Lexique : exemple dans la première histoire le champ lexical de l’évocation du comportement,  des actions, des sentiments des personnages .

Syntaxe :

-critères généraux : correction et  degré de complexité

-critères spécifiques :

·         inventer une action( par exemple dans la 1ère histoire : le chat voudrait attraper le poisson, il essaie de passer sa patte dans l’aquarium… ,un dénouement (mais son maître arrive…)des sentiments entre les personnages (il a peur ; ou bien : il ne le mange pas parce qu’ils sont amis)

·         conduire le récit du début à la fin

·         inventer des dialogues des personnages de l’image: qui parle à qui, qui dit quoi…

Conjugaison :

-morphologie

-emploi pertinent  des personnes : dialogue, récit, pronoms  anaphoriques élémentaires:ils, il

Prononciation :

-intelligibilité dans la restitution de histoires

·         Familiarisation avec la culture  écrite :

Fonction  symbolique de l’image :

Identifier les représentations iconiques : personnages, différents plans, mouvements

L’objet :

-          la photographie

-          la carte postale (voir prolongements)

 

 

Ancrage

Pratiques sociales de référence :

Récits animaliers familiers et leurs stéréotypes : les chats mangent les poissons..

 

Déroulement

 

Déroulement 1 :

1ère  phase (plusieurs séances)

matériel :

plusieurs cartes identiques

 

dispositif et déroulement :

- un groupe langage (type 3, voir fiche fonctionnement en ateliers) autour d’une table, assis ou debout, travaille sous la conduite de la maîtresse.

- la consigne : « Voici des cartes postales, avec des photos, imaginez dans votre tête ce qui se passe… »

- chaque enfant dit à son tour ce qu’il imagine. 

 Variante : la maîtresse assise à l’écart sur une petite chaise écoute en secret la proposition de chaque enfant puis dans le groupe chaque enfant dit ce qu’il a proposé avec ou sans l’aide de la maîtresse

2ème  phase

-on peut à partir de tous les récits produire un récit collectif

-on essaie de le mémoriser en le redisant tour à tour.[1]

 

Ce déroulement se renouvelle pour :

-Plusieurs groupes d’enfants

-pour la même série de cartes

-ou pour des séries différentes

3ème   phase

 

Dans ce dernier cas on pourra mettre en place un dispositif où les enfants raconteront aux autres l’histoire de leur groupe

 

 

 

Déroulement 2 :

 

matériel : plusieurs cartes différentes (5) pour un petit groupe d’enfants

 

déroulement :

1ère  phase

-chaque enfant regarde sa carte en silence puis  la « raconte » au maître (qui se tient un peu à l’écart) ou directement aux autres enfants du groupe.

-justification du récit d’après l’image[2]

 

2ème  phase

-les enfants chacun à leur tour reprennent leur histoire pour la reconstruire et la dérouler du début à la fin.

Plusieurs reprises sont parfois nécessaires.

 

Prolongements

On peut donner à ce travail une trace mémoire

Ces récits se concevant en complément des images et non indépendamment, il faut concevoir des traces images- texte :

-recueil collectif, genre album de cartes postales, on y colle la carte et on produit collectivement une phrase légende, écrite par le maître

-recueil individuel d’ « histoires » : l’enfant dessine et légende son dessin.

Dictée à l’adulte pour les moyens

Recopiage ou recopiage partiel pour les grands du modèle donné par le maître.

Remarques

Le déroulement n° 2 serait particulièrement adapté aux grands par la place impartie à l’invention dans le récit d’abord et ultérieurement à l’écriture.

Evaluation

 

Il s’agit d’observer les enfants sur un petit nombre de critères et de se donner le temps de formaliser ultérieurement ces observations dans une grille.

 

Critères d’observation (voir compétences)

Priorités : l’observation pourrait porter spécialement :

-          sur l’interprétation des images.

-          L’invention d’un problème et d’un dénouement (qui sont le propre du récit)

-          la capacité à conduire oralement une histoire même très courte du début à la fin.

-          la capacité à imaginer ce que disent les personnages ou à le restituer

 

Sur les compétences syntaxiques (phrases) et de conjugaison (emploi et morphologie des temps) on pourra noter seulement ce qui ressort, quitte à contrôler ultérieurement les renseignements dont on dispose sur chaque enfant.

 

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 



[1] Il s’agit de travailler et valoriser le récit oral.

Sur d’autres activités, on écrira l’histoire, afin de sensibiliser, à la notion de mémoire par l’écriture. Mais ce type d’activité de mémorisation d’un texte à l’oral permet un travail de mémorisation oral, absolument indispensable à l’éducation de la mémoire, et qui sera précieux pour les débuts de l’apprentissage de la lecture (voir fiche de l’oral à l’écriture)

[2] En fait, souvent il n’y pas directement récit suivi mais tâtonnement avec inventaire par les enfants des éléments sur la photo, personnages en particulier, et discussion avec nombreux avis des autres !

C’est pourquoi une seconde phase, de récapitulation et de reprise « récitation » est intéressante voire nécessaire