X Fiche ressource : organiser des jeux dramatiques à partir d’albums lus

 

Objectifs et finalités

 

Comme les jeux de simulation, les jeux dramatiques permettent de s’exercer au dialogue, c'est-à-dire :

Aux  compétences textuelles de ce type de texte, système verbal, emploi des pronoms, syntaxe spécifique, lexique en situation

 

Et aux compétences de communication sociale : se situer dans son rôle, demander et répondre à  son tour  (scénario à la Bruner)

 

Comme certaines comptines, certains albums à situations récurrentes proposent des dialogues et scénarios tout faits, qu’on peut mémoriser grâce à leur répétition systématique, et qui , outre l’intérêt poétique ou comique qu’ils offrent, constituent des modèles conventionnels, syntaxiques, et lexicaux que l’enfant peut emprunter pour construire son langage.

 

Dans un travail plus complexe de mise en scène d’une histoire, le jeu dramatique permet de comprendre l’histoire, constitue en sorte un apprentissage de la compréhension des récits.

 

Compétences

 

Les compétences à développer et à évaluer dans les activités de jeu dramatique sont donc de plusieurs ordres :

 

-compétence de compréhension des récits:

 

*la logique, les acteurs, les circonstances nécessaires des événements racontés.

*l’intuition puis la prise de conscience explicite d’une fin dénouant l’histoire

*l’intuition d’un rapport des faits à la réalité

 

- compétence générale de communication en production orale

* raconter sur le sujet proposé  si récitant

*dialoguer en respectant son rôle

- compétences linguistiques générales :

*prononciation, élocution intelligibles

*syntaxe, correction et complexité

*conjugaison (personnes)

 

Si  l’on se pose la question :

 De quels moyens dispose-t-on corporellement pour exprimer un sens, le sens d’un récit ?

           

- déplacements, mouvements, gestes                                    

- Postures, positions dans l’espace

- jeux de physionomie, mimiques

- Voix, grâce à l’intonation et éventuellement du verbal

- bruitages corporels (souffle, onomatopées, frappes…)

}

 pour exprimer :

      -une histoire, des actions

      -des sentiments, des émotions

    -la relation aux autres

 

 

On peut se fixer comme compétences à acquérir

-une meilleure maîtrise de ces moyens d’expression

-une certaine prise de conscience de ces possibilités et par une éducation de la concentration : de la part de celui qui joue mais aussi de celui qui écoute.

 

 

 

 

 

Pratiques  de jeu dramatique  en classe et les textes proposés aux enfants

 

Nous proposons trois activités à construire progressivement :

La progression suivie concerne l’importance quantitative du texte à jouer, mais surtout la part des enfants dans la prise en charge du projet. 

Dans la 1ère activité, le texte à jouer existe sous sa forme dialoguée, ne nécessite que peu ou pas d’invention. Et c’est l’enseignant qui délimite et propose la « scène » à jouer.

Dans la 2ème , c’est l’enseignant qui propose les scènes intéressantes ou qui les choisit en structure classe avec les enfants. Le texte  devra être inventé en partie par les acteurs

Dans la 3ème , ce sont les enfants en groupes qui essaient de définir le scénario

 

 

Schéma virtuel d’une démarche possible (à ajuster suivant le niveau de l’activité choisie, 1, 2, ou 3) et l’âges des élèves , (petits, moyens , grands) :

 

 

Schéma :

 

1.Choisir un album qui possède :

- du mouvement, des actions, des déplacements dans l’espace

- des sentiments et émotions

-          un système de personnages avec des rôles contrastés et surtout des relations intéressantes (spatiales, posturales, sentimentales…   systèmes de personnages)

2. Constituer des groupes selon des modalités variées

 

 

Remarques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un albumèplusieurs groupes, un par scène

Des albumsàun par groupe

3. Organiser une situation permettant de s’approprier le sens d’ensemble du texte

- lecture classique,

- récit oral de l'histoire par les élèves ou le maître

- lecture focalisée sur l’identité des personnages : « C’est l’histoire de trois brigands… »

 

4. Premier essai pour jouer/exprimer l’histoire

- prévision d’un dispositif : espace scène, place du public

- construction d’un scénario

  • par l’enseignant
  • ou par les élèves

 

 

 

 

 

 

 

- en se représentant l’histoire en scènes et en se répartissant les scènes

ou

- en se répartissant les rôles : je serais X.. tu serais Y…(personnages)

ou

- en commençant à jouer et en construisant au fur et à mesure

 les scènes estimées nécessaires

5. Montrer le premier essai au public qui va dire :

- ce qu’il comprend, et pourquoi il le comprend (indices).

- ce qu’il aime

- ce qui ne va pas

 

6. Retouches de certains moments en utilisant les compétences et les suggestions du maître et des autres élèves

Prolongées éventuellement par des activités décrochées d’expression corporelle

 

 

 

 

Par exemple

-          Exprimer une émotion : peur, joie…

-          Sur des actions précises mal maîtrisées en utilisant des variables (espace, temps, énergie) : ex «rencontres »

-          Sur des situations d’écoute mutuelles

Eventuellement on peut placer ici l’écriture en dictée à l’adulte d’une trace fonctionnelle de scénario

 

-          Sous forme d’un tableau de scénario

-          Tableau des caractéristiques des personnages

-          Liste des accessoires

-          «Journal de mise en scène », pour le/les metteurs en scène…

2ème, 3ème,…essais

 

Représentation finale, avec bilan

Les bilans doivent éviter d’être scolaires mais essayer de  faire prendre conscience des apprentissages accomplis ! ! !

 

 

Retour au sommaire