Fiche 46 : Petites explorations des textes écrits, explorer des phrases et de courts textes d’albums

 

Enjeux

Instaurer  des habitudes d’exploration des écrits, construire intuitivement le concept de « mot », de phrase, de ligne, de « texte ».

 

 

Objectifs

Niveau : grande section,

-Mettre en place des situations d’exploration de tout petits textes

 tirés des écrits bien connus des enfants.

-Aider  en cours de recherche en faisant expliciter la démarche

 

-Faire émerger la prise de conscience de la notion de texte, de phrase, de mot[1](un concept, une image écrite, une suite de sons).

 

-Faire prendre conscience de la notion de lettre[2] dans les mots, en particulier :

·         Nommer et  faire nommer les lettres écrites

·         Reconnaître les mots par leurs lettres

·         Prendre conscience que ces lettres renvoient en général à des sons

 

 

-Valider la reconnaissance des mots

 

Compétences

 

-Analyser la phrase en mots, comprendre qu’il y a une suite orientée de mots ;

-Comprendre les limites de phrase

-Reconnaître à l’écrit des mots ou les mots de la phrase

-Verbaliser un mot de la phrase [3]désigné par l’enseignant,

- Nommer  des lettres figurant dans ce mot

-Comprendre qu’un mot s’écrit avec des lettres dans un certain ordre

-Prendre conscience qu’il existe une correspondance phonographique[4] : en connaître quelques-unes

-Prendre conscience de l’écriture orthographique[5] des mots : savoir l’orthographe de quelques mots

 

Ancrage

Utiliser manifestement et ostensiblement des écrits pour les besoins de la vie de classe

Entreprendre le projet d’apprendre à lire

 

Activités en amont

Lectures par le  maître de différents textes écrits

Affichage de différents textes fonctionnels auxquels on se reporte en référence

Chercher l’étiquette de son prénom

Chercher son prénom dans une liste

Jouer à trouver de rimes

Jeux de pigeon vole sur les phonèmes

Ateliers de reconnaissance de mots (voir fiche 45) écrits, les prénoms, Noël, école,…

 

 

Déroulement

Evolution en cours d’année

Présenter le projet d’apprendre à « lire » des petits textes familiers et connus à l’oral

Matériel :

De courtes phrases d’albums bien connues des enfants choisies par les élèves parce qu’ils les aiment ou choisies par le maître parce qu’il les aime

Des refrains de chanson ou de poèmes

Des titres de poèmes

Ecrites sur de grand papiers blancs

-pour le maître un gros surligneur

 

exemples de textes :

  1. «  ce que dit petit ours : «  Maman Ours, j’ai froid… »

«  ce que dit Maman Ours : « regarde Petit Ours, j’ai quelque chose pour mon petit Ourson »…

« C’est un chapeau, bravo ! »

« C’est un manteau, bravo »

  1. la présentation des trois brigands :

« Il était trois vilains brigands »

  1. le début du poème de Charles d’Orléans

« Hiver vous n’êtes qu’un vilain »

 

 

N.B.

L’écriture :  

Utiliser d’abord l’écriture cursive, puis en cours de grande section, écrire certaines phrases simultanément en caractères d’imprimerie  

Dispositif :

- groupe de langage (voir fiche fonctionnement en ateliers : (type 4)grande section ou moyenne section, voir remarque)

-petite table de quatre ou cinq avec la maîtresse

Déroulement :

  1. présenter l’activité, affichage du texte au tableau, rappel du contexte de l’histoire, lire à voix haute  la phrase (par l’enseignante).
  2. récitation de la phrase par les élèves à plusieurs reprises
  3. compter les mots, les nommer l’un après l’autre
  4. faire montrer certains mots après signalement
  5. faire verbaliser les mots en les montrant
  6. s’attacher particulièrement à certains mots en nommant leurs lettres
  7. éventuellement, les faire écrire, lettre à lettre…sur le cahier d’écriture

 

 Prolongements

 

-Production d’écrit (voir fiche …)

-Réinvestissement de certains mots dans de nouvelles phrases

-Constitution d’un cahier mémoire comportant ces petits textes : polycopiés par l’enseignant, et décorés par les enfants pour fixer les textes en mémoire

 

Remarques

Les niveaux :

Cette activité convient plutôt à des enfants de grande section. Néanmoins elle peut être mise en place pour des moyens à condition de limiter le texte à écrire à certains prénoms (une liste d’enfants) ou certains mots d’un jeu (liste d’achats du jeu .. « à la marchande… »)

L’écriture :

L’écriture choisie dépend du niveau des enfants :

On peut d’abord proposer des mots écrits en  lettres « bâton » (majuscules d’imprimerie), en particulier pour des moyens, puis au fur et à mesure qu’eux-mêmes en écriture passent à l’écriture cursive, proposer les mots manuscrits en cursive.

En cours de grande section, on pourra proposer simultanément les mots à lire en caractères d’imprimerie et en écriture cursive. (pour l’écriture on s’en tiendra aux lettres « bâton », puis à la cursive[6])

L’aide du maître :

A doser suivant l’âge et le niveau des enfants :elle peut aller d’un simple signalement du mot à découvrir , au « cadeau » d’indices divers permettant de découvrir  le mot demandé.                                 

Evaluation

Critères à observer :

 

-L’élève fait-il des hypothèses de mots « trouvables » dans ces supports 

-Comment l’élève cherche-t-il, se donne –t-il des indices ?

-Reconnaît-il certains mots et comment ? (hypothèse de contexte, lettres, mémoire ?)

-Connaît- il le nom des lettres ?

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 



[1] Cette notion (conscience phonémique, concept, orthographe) se construit peu à peu par le scénario : « on pourrait chercher tel mot (hulul, grand, petit) je sais qu’il est écrit dans cette page ou bien « quel mot pourrait-on écrire aujourd’hui ? »

[2] Cette  notion : que les lettres sont les éléments d’écriture des mots, qu’elle sont en nombre fini donc qu’on les retrouve dans plusieurs mots, qu’elles se rangent dans un certain ordre pour écrire le mot….se construit progressivement en écrivant, mais aussi en les retrouvant dans  un mot puis dans un autre,et en prenant peu à peu conscience que leur récurrence produit une récurrence des phonèmes

[3] On peut rappeler la différence entre SGNALER et VERBALISER (J .Fijalkow)

-signalement d’un mot : l’enseignant signale le présence du mot dans le texte, la liste etc…et l’enfant le retrouve.

Cette opération s’avère nettement plus facile que la :

- verbalisation : l’enfant verbalise, oralise, le mot qu’on lui montre.

D’où le conseil donné, commencer par des « signalements », ou revenir à des signalements quand la verbalisation échoue.

 

[4] Compétence phonographique : voir fiche ressource apprendre à écrire

[5] Compétence orthographique : voir fiche ressource apprendre à écrire

[6] voir à ce sujet programmes 12/4/2007 p.23