Fiche 47 : Production d’un récit écrit sur une B.D.

 

Préalable : points d’intérêt :

-une planche de B.D. qui raconte une courte histoire[1] :

On  peut par exemple reprendre  Max Giovanetti, Ecole des loisirs p 65 (fiche 30)

Ou bien Histoires de Poussy, par Peyo .

Une planche de 4 dessins, pas de texte écrit.

-le personnage est un chat noir et blanc. D’histoire en histoire son personnage se structure, gourmand, toujours à la recherche d’un dîner Mélange de naïveté et de malice, il fait rire de ses bévues et de ses ruses et donne aux enfants qui le regardent agir le sentiment  qu’ils en savent plus que lui[2].

-l’histoire choisie est celle de la découverte des œufs cassés….

Découverte dans un poulailler d’œufs en train d’éclore . Quête (ou rencontre d’un plat d’oeufs).Malice, Poussy renverse le plat d’un petit coup d’arrière train. Perplexité, déception : personne dans les œufs !)

 

Donc , dans un petit format , une histoire très structurée avec un problème, une action de résolution, un dénouement (voir note 1)

 

La planche petit format facile à manipuler convient bien à un petit atelier d’histoires

 

 

Enjeux

Dicter à l’enseignant(e) l’histoire élaborée en vue de la communiquer à d’autres

Prendre conscience de la nécessité d’expliciter l’histoire (du langage explicite

Niveau : grands(voir remarques)

Objectifs

Faire raconter à partir des images « ce qui se passe » :

Produire un court texte en dictée à l’adulte enchaînant des actions et faisant agir et les personnages

Faire expliciter les sentiments imaginés d’après les jeux de physionomie

 

 

Faire mobiliser ou proposer le modèle des différents champs lexicaux de la vie quotidienne : dénominations des objets, verbes et structures du récit .

Faire utiliser la syntaxe appropriée

 

 

Compétences

 

·          Langage  oral :

Langagières :

Inventer et raconter une petite histoire à partir des personnages proposés sur l’image

Dicter l’histoire à l’adulte en adaptant son débit et en structurant son énoncé de façon plus consciente.

Linguistiques :

Lexique :

Le champ lexical des personnages, objets et actions de l’histoire…

 le champ lexical de l’évocation du comportement,  des actions, des sentiments des personnages.

Syntaxe :

-critères généraux : correction et  degré de complexité

-critères spécifiques :

·         construire une histoire,avec le problème à résoudre, l’idée de Poussy, le dénouement …)des sentiments entre les personnages (il a une idée, il se réjouit , il est déçu, il ne comprend pas…)

·         conduire le récit du début à la fin

·         essayer de s’impliquer comme narrateur : « le pauvre il n’ pas de chance !!! » il n’est pas malin il s’est fait bien mal

·         tenter d’introduire des formules de dramatisation mais… Bof… Bang..

·         expliciter ce que pense, ce que ressent Poussy, ses intentions et réactions

Conjugaison :

-morphologie

-emploi pertinent  des personnes : dialogue, récit, pronoms  anaphoriques élémentaires:ils, il

Prononciation :

-intelligibilité dans la restitution des histoires

·         Familiarisation avec la culture  écrite :

Fonction  symbolique de l’image :

Identifier les représentations iconiques : personnages, différents plans, mouvements

L’objet :

-la B.D., la succession des images, avec les ellipses qu’elle implique.

-la permanence et l’évolution du personnage

L’écriture :

Séparation des mots par des blancs, limites des phrases, ponctuation des dialogues .mise en forme du texte.

 

Ancrage

Pratiques sociales de référence :

Récits animaliers familiers.

Images et B.D.

 

Activités en amont

Récits oraux sur des B.D ou autres images

(fiche 30)

Déroulement

 

Déroulement :

1ère  phase

matériel :

le livre, plusieurs photocopies de l’histoire choisie

 

dispositif et déroulement :

-Séparer la classe en deux groupes les enfants qui racontent et ceux qui vont dessiner plus tard ce qu’on leur raconte.(12+12)

-Répartir les enfants « raconteurs » en 2 ou 3  « groupes langage »[3] (3groupes de 4=12)

1ère séance :

production du premier récit :

- un groupe langage autour d’une table, assis ou debout, travaille sous la conduite de la maîtresse.

- la consigne :

 « Voici une histoire, dessinée dans ces dessins,( c’est une B.D.) Imaginez dans votre tête ce qui se passe…ensuite, vous viendrez la raconter à la maîtresse, elle la lira à ceux qui n’ont pas vu la B.B pour voir si elle est bien racontée[4] »

 

-          les enfants doivent « faire l’histoire dans leur tête »puis ils dictent  ensemble  l’histoire à la maîtresse qui l’écrit sur un grand papier blanc.

 

Technique de la dictée à l’adulte :

L’enfant se répète ou répète à la maîtresse le texte auquel il a pensé, puis,il  dicte le texte à la maîtresse qui lui renvoie son texte phrase à phrase(ou par deux phrases). Elle dit : « la phrase est finie ? et ensuite ,phrase suivante… ? ».

A la fin du texte, elle relit d’un bout à l’autre et accepte les modifications éventuelles.

 

 

 

 

-les autres enfants peuvent pendant qu’ils attendent leur tour colorier la B.D.

Cette activité simple, occupationnelle certes, n’est pas sans enseignement : par exemple, la colorisation permet -t-elle d’assurer la permanence des éléments constants, le personnage en particulier…

 

Ce déroulement se renouvelle par rotation pour  les 3 groupes d’enfants conteurs:

 

2ème  séance :

déroulement n°1 :

tout le groupe classe

faire des couples d’enfants, un des conteurs et un qui ne connaît pas l’histoire : chaque couple d’enfant est assis côte à côte à une table de travail

 

La maîtresse lit une des 3 histoires à tous les enfants

 

Dans chaque couple, l’enfant qui ne connaît pas la B.D.  essaie de  dessiner : pendant qu’il dessine et un petit moment ensuite , les deux enfants sont laissés à discuter sur le dessin, ce qui permet à la maîtresse de circuler dans tous les couples et de leur relire mezzo voce l’histoire déjà lue (ou une des 2 autres, justement celle du conteur concerné)

 

3ème  séance

Chaque groupe conteur, dicte à nouveau son histoire à la maîtresse, dans les mêmes conditions que la première fois, en tenant compte de la discussion qu’ils ont eu avec leurs dessinateurs.

 

4ème phase (en collectif)

On regarde à nouveau la B.D. mais sans refaire un récit linéaire collectif. Il s’agit  plutôt de discuter sur certaines images, et la maîtresse reformule certains problèmes soulevés (en particulier « l’intériorité du personnage » : par exemple : « Que pense-t-il, là, Comment le vois-tu ? »

5ème  phase[5]

On laisse passer 2 ou 3 jours

Troisième texte dicté à la maîtresse, dans les mêmes conditions que pour la première dictée ou « à l’occasion »d’un moment de battement. Le texte est reporté dans le « cahier d’écrits persos » de l’enfant.

 

L’activité pourra être reconduite sur une autre B.D .en inversant les conteurs et les dessinateurs

 

 

 

 

 

 

Remarques

Le déroulement  et le support est particulièrement adapté aux grands.

Mais les moyens peuvent être répartis dans les groupes, en particulier comme dessinateurs, et ainsi apprendre le fonctionnement de cette activité (voire y participer).

 

Exemples de modifications obtenues par cette procédure :(Alex , 3ème trimestre GS, classe unique)

1er texte :

Le  chat voit la poule. Les œufs sont ouverts.

Il voit des œufs sur la table.

Il les fait tomber .

Ils sont cassés

2ème texte :

Le chat voit les œufs de la poule s’ouvrir.

Le chat voit les œufs sur un banc ; il se dit que c’est les œufs de la poule .

Le chat fait exprès de faire tomber les œufs parce que c’st les œufs de la poule et il croit qu’il y a des poussins.

Après , il voit qu’il y pas de poussins dedans .

3ème texte :

Poussy et les poussins

Le chat très étonné voit les œufs de la maman poule s’ouvrir. Il va dans la cuisine, il voit des œufs sur la table . Il se dit que c’est peut être les œufs de la maman poule .

Il fait exprès de les faire tomber parce qu’il croit qu’il y a des poussins dedans ; il voit qu’il n’y a pas de poussins , il est très étonné.

 

 N.B. Sans nécessairement organiser tant de séances de reprise, l’amélioration de l’explicitation nous a paru remarquable et valoir la peine d’être tentée de temps en temps.

Evaluation

 

Il s’agit d’observer les enfants sur un petit nombre de critères et de se donner le temps de formaliser ultérieurement ces observations dans une grille.

 

Critères d’observation (voir compétences)

Priorités : l’observation pourrait porter spécialement :

-          sur l’interprétation des images.

-          L’explicitation du problème et son dénouement (qui sont le propre du récit)

-          la capacité à conduire oralement et à dicter une histoire même très courte du début à la fin.

-          la capacité à imaginer ce que pensent les personnages ou à le restituer

-          la capacité à modifier son récit en fonction des remarques des récepteurs

-          la syntaxe des phrases

-          les formes verbales utilisées

 

 

Autres B.D.

-L’ours Barnabé tome 3,Philippe Coudray, Hélyode

 par exemple : Le ballon,p.5

Les cadeaux p.38

Voir aussi les recueils chez

Mango

-Les aventures de Poussy ; Peyo Dupuis

par exemple 2ème série Dans le bocal p .7

- Le petit personnage de Globi

 

 

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 



[1] Pour commodité des la description de l’activité, on s’est basé sur un exemple précis et mis en pratique. Toute B.D courte et comportant une structure d’histoire est susceptible de convenir à ce travail.

[2] On peut en suivant Poussy, construire ,grâce à ses caractéristiques récurrentes ,  la notion de personnage.

On peut d’ailleurs, en réseau,  le rapprocher d’Hulul , cet attrendrissant naïf, ou au chat des contes de la Souris  Chauve de P.Dumas, qui lui ressemble fort.

[3] type 3, voir fiche fonctionnement en ateliers

[4] On ne mentionne pas la totalité du projet de peur que l’idée de dessin induise plus une description des images qu’un véritable récit.

[5] Voir en « remarques » un exemple de modifications obtenues dans ces conditions, c’est-à-dire par la seule action des discussions entre les enfants