Fiche 50 : Tenir des cahiers d’écrit personnels

 

 

 

Enjeux

Le plaisir d’avoir « son »cahier, comme un grand ;

Inscrire  les premières écritures, les premières « traces »  dans ce contexte de plaisir…

Objectifs

 

Développer la fonction symbolique, signification des traces que l’on produit et des images qu’on rassemble.

Faire raconter à partir des images « ce qui se passe » :

Faire produire un court texte en dictée à l’adulte

Faire écrire et dessiner sur un support personnel

Renvoyer en « feed back » des formulations plus structurées[1]

 

 

Compétences

 

·          Langage  oral :

Langagières :

Inventer et raconter un petit texte à partir d’une image ou d’un dessin ; expliciter la signification d’un dessin ou d’une image

Linguistiques :

Lexique :

Le champ lexical du sujet.

Syntaxe :

-critères généraux : correction et  degré de complexité

Conjugaison :

-morphologie

-emploi pertinent  des personnes : dialogue, récit, pronoms  anaphoriques élémentaires:ils, il

Prononciation :

-intelligibilité dans la restitution des histoires

·         Familiarisation avec la culture  écrite :

Fonction  symbolique de l’image :

Expliciter le sens des représentations iconiques : personnages, différents plans, mouvements

L’objet :

Tenir un cahier, suivre l’ordre des pages, dater les textes, refeuilleter, illustrer, décorer

Ancrage

Pratiques sociales de référence :

Journaux intimes, cahier de vie , cahier d’école

 

Déroulement

 

 

Plusieurs formes de « cahiers » sont possibles , mais quelle que soit la forme choisie ,le projet doit en être présenté avec cérémonie ; le cahier doit être couvert, la couverture travaillée : décoration, étiquetage : nom de l’auteur, titre du cahier etc.…

 

 

Possibilité n°1 : « le bloc »

Matériel : un bloc sténo sans lignes, pris dans le sens de la largeur

Dispositif :

En  moyenne section et début de grande section

En atelier langage ou au moment de l’accueil, dans un groupe de 4 ou 5 élèves.

 

Fonctionnement :

L’élève dessine librement sur la plage de gauche, l’enseignant  laisse dessiner un moment, puis vient chercher un enfant : « Raconte-moi ce qui se passe sur ton dessin »[2], je vais l’écrire…

 

L’adulte écrit le texte sous la dictée :

 

Technique de la dictée à l’adulte :

L’enfant se répète ou répète à la maîtresse le texte auquel il a pensé, puis,il  dicte le texte à la maîtresse qui lui renvoie son texte phrase à phrase(ou par deux phrases). Elle dit : « la phrase est finie ? et ensuite ,phrase suivante… ».

A la fin du texte, elle relit d’un bout à l’autre et accepte les modifications éventuelles.

 

 

 

On date le texte  ostensiblement, et ces textes seront relus au cours de la prochaine séance d’ écriture sur le bloc, et l’on pourra les commenter, soit pour rappeler les événements de référence, ou ce qu’ils écrivaient, soit pour faire prendre conscience par l’enfant de son évolution dans  le « raconté ».

 

On peut aussi au moment même, ou dans un moment de « où l’on a un peu de temps », décorer, enluminer, le contour des pages, en utilisant les techniques de graphisme que l’on apprises.

 

 

 

« cahier n°2 » : le cahier d’histoires

Matériel : un cahier type travaux pratiques, une page dessin, une page petits carreaux, ou bien un petit cahier de dessin, (pour éviter le problème des lignes)

Dispositif :

En  fin de moyenne section et en grande section

En atelier langage ou au moment de l’accueil, dans un groupe de 4 ou 5 élèves.

 

Fonctionnement :

On choisit de garder mémoire dans ce cahier d’une histoire qu’on a lue ou d’une histoire qu’on a racontée

Cette mémoire peut être

- une phrase de présentation, bâtie sur une structure inductrice un peu rituelle, du style : 

« C’est l’histoire de…. » qui ouvrira sur un ou des personnages…

ou :« Cette histoire raconte … »

-une phrase exprimant un jugement , du style :

 « J’ai bien aimé cette histoire parce que.. »

-une phrase choisie dans le livre

-une phrase de rappel d’un épisode particulièrement apprécié

 

On peut décider de d’abord dessiner sur la page de droite, puis d’élaborer la phrase et la dicter à la maîtresse.

ou bien de produire d’abord la phrase, puis l’illustration

ou bien de faire le deux un peu simultanément suivant l’opportunité.

 

Le texte est dicté à l’enseignant , voir plus haut

 

Même procédure pour la datation et l’éventuelle « décoration » des pages.

 

 

« cahier n°3 » : Le cahier de vie individuel

Matériel : un cahier type travaux pratiques, une page dessin, une page petits carreaux, ou bien un petit cahier de dessin, (pour éviter le problème des lignes)

Dispositif :

En  moyenne section et  grande section

En atelier langage ou au moment de l’accueil, dans un groupe de 4 ou 5 élèves.

Suivant une périodicité choisie, on décide d’inscrire une phrase qui note un évènement :

« Aujourd’hui, on a pris une photo de la classe....c’était le bazar ! »:

« Cette semaine on s’est déguisé… »

« Hier,on a lu …. »

 

Et on l’illustre

Soit  d’une photo au dessous de laquelle on porte une légende

Soit d’un dessin

Soit d’une trace « objet collé » (feuille, papier, écorce et aurtres trésors!)ou rangée dans un pochette transparente

 

Les texte est dicté à l’enseignant , voir plus haut

 

Même procédure pour la datation et l’éventuelle « décoration » des pages.

 

Variante : Le cahier de vie « semi collectif »

On peut aussi avec des plus petits en particulier, construire ce cahier collectivement, mais tout en gardant le principe d’un cahier pour chaque enfant

Matériel : un cahier type travaux pratiques, une page dessin, une page petits carreaux, ou bien un petit cahier de dessin , (pour éviter le problème des lignes )

Dispositif :

En  moyenne section et  grande section

En groupe classe

On  choisit ensemble l’évènement que l’on va noter, on élabore ensemble, le maîtresse écrivant sur un tableau de papier, le texte rappelant l’évènement choisi.

On choisit éventuellement l’illustration pertinente.

L’enseignante photocopie le texte qu’elle colle ou fait coller sur chaque cahier

L’enfant illustre en regard ou colle photos et documents  choisis

 

Même procédure pour la datation et l’éventuelle « décoration » des pages

 

« cahier n°4 » : Albums de photos

Matériel : un cahier type travaux pratiques, une page dessin, une page petits carreaux, ou bien un grand cahier de dessin,

Dispositif :

En  moyenne section et  grande section

En groupe classe

Suivant une périodicité choisie, on décide de prendre  une ou des photos qui gardent trace d’un évènement :

On  choisit ensemble l’évènement et les photos que l’on va garder, on élabore ensemble, le maîtresse écrivant sur un tableau de papier, le texte rappelant l’évènement choisi, et légendant la ou les photos retenues

L’enseignante photocopie le texte qu’elle colle sur le cahier.

Comme pour les cahiers de vie collectif, illustrations et décorations éventuelles pourront être à charge des enfants tour à tour

 

Le petit dernier, le « cahier d’écriture »

C’est un cahier de travail, où l’on apprend à écrire

C’est le lieu des leçons d’écriture

D’abord, un bloc sténo sans lignes, pour que l’enfant arrive à se situer dans l’espace page, à écrire peu à peu horizontalement et maîtrise la grandeur des lettres

 

Une fois un certain degré de maîtrise acquis, La Récompense : l’accès à un cahier de grand, (à notre avis) un cahier seyes « élargi »

 

Même latitude que pour les autres cahiers concernant la décoration et l’illustration.

 

 

Remarques

Pour le cahier de vie, on peut en faire un cahier collectif pour la classe :

Même principe pour les textes, photographies choisies et légendées par le groupe classe.

En revanche les illustrations et décorations pourront être assumées à tour de rôle et signées.

Le cahier « tournera » parmi les parents qui l’empruntent à tour de rôle.

 

Pour le cahier d’histoires de la même manière, on peut choisir un fonctionnement semi collectif, le choix des phrases, leur élaboration étant communes , mais la décoration, l’illustration , certains recopiages, comme les titres des histoires, les nom des personnages, laissés à la charge de chaque élève.

Ou un seul cahier pour la classe qui circulera parmi les parents.

 

On ne parle pas ici du cahier de poèmes, dont on a parlé dans « les recueils » de textes

Evaluation

 

Il s’agit d’observer les enfants sur un petit nombre de critères et de se donner le temps de formaliser ultérieurement ces observations dans une grille.

 

Critères d’observation (voir compétences)

Priorités : l’observation pourrait porter spécialement :

Sur la production des textes :

-          Le degré d’ « explicitation » des énoncés

-          Le degré de complexité des phrases

Sur la « tenue des cahiers » :

       -    Le goût et le soin portés à la décoration et l’illustration

 

 

 

 

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

 

 

 



[1] Sans pour autant modifier exagérément  sur ce cahier « personnel » la formulation initiale. On pourrait prendre pour principe de ne modifier que les incorrections patentes.

[2] La formulation de la demande est à ajuster en fonction des attentes de l’enseignant . il nous semble préférable de ne pas demander qu’est-ce que tu dessines ? si l’on veut éviter énumération et description ; il peut être nécessaire néanmoins de formuler ainsi la demande quand les enfants débutent dans cette activité pour donner une impulsion à l’activité de langage